Antoine Béchamp et la théorie des microzymas

Qui est Antoine BECHAMP ?

Professeur Antoine BECHAMP − 1816 / 1908
Agrégé en Pharmacie, Licencié ès Sciences Physiques, Docteur ès Sciences Physiques,
Docteur en Médecine, Professeur de Physique et Toxicologie de l’École Supérieure de Pharmacie à Strasbourg, Professeur de Chimie Médicale et de Pharmacie à la Faculté de Médecine de Montpellier, Doyen de la Faculté libre de Médecine et de Pharmacie de Lille,
Professeur de Chimie Organique et de Chimie Biologique à Lille.
Longtemps resté dans l’ombre car il s’affrontait résolument aux vues et au mensonge de Pasteur, il déclara :

« (…) Sachant que l’on enseigne L’ERREUR RADICALE, ce m’est une raison de plus pour que je crie sur les toits que l’on se trompe, et qu’il y en a qui trompent, comme Pasteur trompait sciemment avant eux. Ce serait une lâcheté de ma part de me taire plus longtemps.
Oui, lorsqu’en 1876 Pasteur préluda à ce que l’on a appelé son oeuvre médicale, il savait parfaitement qu’il trompait ; sachant très bien que le principe de sa nouvelle doctrine médicale, laquelle deviendra le MICROBISME, est absolument faux, n’a jamais été vérifié ou démontré.
J’affirme que s’il a été si légèrement admis comme un dogme, c’est qu’il flattait les croyants d’un autre faux dogme d’une doctrine scientifique généralement professée, L’ÉVOLUTIONNISME, dont le principe fondamental est la GÉNÉRATION SPONTANÉE…
Je l’ai fait voir, la THÉORIE MICROZYMIENNE, fondée sur des faits toujours vérifiables et vérifiés par ceux là même qui, après les avoir niés, les ont plagiés, donnait enfin à la médecine une base expérimentale aussi stable — en respectant et expliquant les vérités acquises à travers les siècles — que la théorie lavoisiérienne de la matière l’avait donné à la chimie… » (…),
Pour lui le « Pasteurisme » est donc l’erreur qui a enferré la médecine moderne dans une impasse.

Comme le conclut le Docteur Scohy qui a depuis longue date pris en compte les recherches de Béchamp :

« Un microbe, une cellule, un tissu, peut toujours redevenir microzymas. Ces microzymas pourront − selon les besoins et le milieu − bâtir d’autres germes, tissus ou cellules… D’où une notion de POLYMORPHISME bactérien, qui passe obligatoirement par les microzymas.

Ces constatations (rigoureusement scientifiques) couplées avec le paradigme psychosomatique permettent de comprendre que les maladies sont toujours des processus de sauvetage ou de réparation – et de vie. Elles ne prennent un caractère de gravité que lorsque le milieu est déficient : carences en vitamine C, en eau, en repos ou en nutriments, déséquilibre bio-électronique, etc.. »

Béchamp a donc ouvert la voie a une médecine de la vie et à des perspectives très intéressantes pour qui veut regagner une santé en accord avec les lois de la nature …

Ci-dessous une intéressante et courte vidéo sur l’imposture pasteurienne.

Eloquent !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *