Le Bitcoin est-il taxable ?

Le Bitcoin est-il taxable ??

 

Charles Sanat dans une de ses récentes lettres d’info écrit:

 

“…..L’administration, elle, de toutes ces considérations, elle s’en fiche royalement, et je vous rappelle que les gains générés par les Bitcoins-coins et autres cryptomonnaies sont taxables, mais en plus, très, très fortement et attention aux désillusions !”

Ce à quoi un lecteur répond par ce pertinent commentaire:

“Il y a certainement une incohérence juridique de la part de la France concernant le régime fiscal. Ce qui devient d’ailleurs systématique. Le gouvernement est actuellement à la ramasse de dix milliards d’euros injustement perçus, qu’il doit rembourser.

Pour se faire il pense inventer un nouvel impôt sur les 300 plus grosses sociétés, ce qui sera bien sur encore, illégal…

Il est légitime de taxer les gains réalisés a partir de Bitcoins, une fois que ceux ci ont été changés pour une monnaie “officielle ” ou valeurs (or). Tant que ce sont des Bitcoins que la France ne reconnait pas, ils n’existent pas.

Monnaie virtuelle ça veut dire quoi ?

Que l’Etat français, complètement en faillite, se livre a des gesticulations de gredin, c’est une chose. Que vous, (Charles Sanat, ndr) Grand Diplômé des Ecoles Extraordinaires, le fassiez passer comme normal en est une autre !

Vous pouvez avoir l’opinion que vous voulez sur les crypto-monnaies, a titre personnel …et prendre tout le monde pour des gros cons, y compris le Japon qui accepte le Bitcoin comme monnaie légale etc, etc … “

 

…. Cette réponse me semble sensée, mais qu’en est-il ?

Si des lecteurs compétents ont un avis sur la question, un petit commentaire pour nous éclairer sera le bienvenu !

 

2 commentaires sur “Le Bitcoin est-il taxable ?

  1. J’ai adoré “Que l’Etat […], complètement en faillite, se livre a des gesticulations de gredin […]”. Celui qui a écrit cela est tellement (techniquement) dans le juste…! 🙂 Quant à “Grand Diplômé des Ecoles Extraordinaires”, c’est truculent à souhait! lol

    En Grande-Bretagne, ils ont annoncés officiellement (sources à vérifier) que les crypto-devises n’étaient pas taxables, car considéré comme transaction privée et non-commerciale. Normal me diras-tu, pour la principale place offshore dans le monde…!

    Or, contrairement à la France (où il faut même désormais faire une déclaration dès lors que l’on fait un don numéraire, y compris à ses enfants), les transactions privées n’y sont pas taxées.
    Au-delà, s’il doit y avoir taxation, ce ne devrait pas être différent du régime “normal” (bien qu’en soit assez anormal), car alors basé sur une devise reconnue et ayant cours légal.

    Mais déjà le problème s’était posé avec le “SEL”, et autres “monnaies privées”. Cependant, l’Etat avait dû reculer, dans ses velléités de taxer… l’intaxable. Pourtant, reste le fait de la possibilité de l’administration concernée de “considérer que”, et de taxer sur la base de cette “considération” (on le voit bien dans d’autres cas).

    Toutefois, l’URSSAF avait réussi à taxer la gratuité: un magnétiseur qui le faisait gratuitement, s’était vu taxé par un imbécile d’inspecteur, qui avait considéré cela comme un revenu, en monétisant le temps passé…Et cela perdure, dès lors qu’un indépendant fait appel à un ou une amie pour l’aider, ou que celui/celle-ci le fait spontanément (comme installer une étale, par exemple; ou autre); y compris lors d’une kermesse ou vente de charité!

    Tout est prétexte à… Et comme la charge de la preuve incombe au supplicié (sensément justiciable, mais à géométrie variable), en particulier sur le plan fiscal, et dans un dédale de droit insondable, assorti d’une perversion du système (biaisé) et du droit (pénal, notamment)…

    En Corée du Sud, ils ont décidé de contrôler, probablement pour taxer (plus sûrement pour garder le contrôle de leur économie, contrairement à la Suède qui a failli le perdre); mais sur la devise du pays, pas sur le crypto, excepté si la personne vit des aides sociales, alors qu’elle serait riche à millions en crypto: dans ce cas, il est tout à fait compréhensible que le volume soit d’une certaine façon converti en un actif taxable.

    Les banques adorent… Elles qui, dans un même temps (mais pas toutes: les françaises sont encore “vent debout”), à l’image de Merrill Lynch et de la Banque of America, non seulement encouragent leurs clients, mais aussi travaillent sur des dérivés “nasdaq-xable”.

    Que dire effectivement du Japon, et autres… Même si les crypto, en particulier le bitcoin, peuvent représenter des bulles à risque (d’où le fait, entre autre, que la Chine intervient sur les ICO).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.