Reconnexion intérieure …

 

 

Reconnexion intérieure et énergie…

 

 

Je réfléchis depuis longtemps au Pourquoi et au Comment de cette « vocation » d’aller vivre à la campagne.

 

Le Pourquoi ?

 

Pourquoi diable, moi, petit citadin né dans la grande ville, autrefois minière, de Saint Etienne, ayant ensuite vécu, adolescent avec mes parents en région parisienne, pourquoi donc, disais-je, cet appel à sortir à tout prix de ce monde artificiel ?

 

La ville minière de Saint Etienne
La ville minière de Saint Etienne

 

Certes j’appartiens à une époque où beaucoup de familles étaient chrétiennes et par conséquent pratiquaient la modération en toute chose, y compris dans la consommation: Les goûts étaient naturellement simples et tournés vers la nature ainsi que des valeurs pérennes et authentiques.

Car c’est depuis le Moyen Âge, en effet que se sont formées ces vertus chrétiennes, codifiées par la sagesse de la théologie scolastique et de la doctrine catholique:

Ces quatre vertus cardinales héritées d’Aristote, sont la justice, la prudence, la force et la tempérance, auxquelles s’ajoutent les trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité.

Ainsi donc l’âme était « cadrée » par cette sagesse millénaire et ne se fourvoyait pas dans les impasses des fausses valeurs, consuméristes, « progressistes » ou autres, dissolvantes de l’unité humaine.
Il y avait donc pour moi cette base, cette structure, cette prédisposition… D’autant plus que Saint François d’Assise a toujours été pour moi une belle et lumineuse figure.

Pour ceux qui ne connaissent pas la vie de Saint François:

 

 

Plus tard il y eut également des lectures, comme celle  mon cher Jean Giono avec « Colline », « Un de Beaumugne », « Que ma joie demeure », qui sont de petits joyaux. On pourrait aussi citer le grand Henri Vincenot… Ou moins connu, chantre du Nivernais: comme Achille Millien, ainsi que beaucoup d’autres auteurs terriens.

Vint aussi ce grand déclic avec Henry David Thoreau: « Walden, ou la vie dans les bois »: Je craquais devant son décompte méticuleux des clous, des planches et autres matériaux basiques et bon marché avec lesquels il construisit sa cabane près de l’étang de Walden !

Voilà pour le POURQUOI ?

 

Reconnexion à soi et activation de son énergie.
Walden ou la vie dans les bois.

 

Voyons ensuite le COMMENT ?

 

En dernière analyse je crois que ce déclic s’est résumé à peu près à ceci: Passer d’une aspiration purement abstraite ou intellectuelle, à un besoin d’ordre viscéral qui était tout à la fois besoin de silence, de paix, mais aussi d’implication concrète et de sens donné à ses actes.

Pour utiliser une image synthétique: je ressentis le besoin irrépressible d’un accord, d’un alignement de la tête, du coeur et des mains.

Facile à dire mais COMMENT passer du théorique à la réalisation concrète de ses objectifs ?

J’ai alors entrevu deux étapes pour cela: Tout d’abord se reconnecter à soi-même, à ce que l’on est au plus profond de soi au lieu d’être le résultat incertain de décisions prises par d’autres (milieu, organisation sociale, media, qu’en dira-t-on, etc…). L’on découvre alors en soi un potentiel énorme d’énergie. C’est en activant cette énergie inépuisable qu’un moteur fonctionnant à l’enthousiasme se met alors en route !

En résumé:

Reconnexion intérieure, activation de l’énergie.

Notre « modernité » a éradiqué le monde paysan alors que ce monde paysan millénaire avait su modeler l’argile humaine de façon sobre et harmonieuse (Nos modernes perroquets diraient « durable » !) : Tête, Coeur et Mains, tout à la fois.

En effet le paysan était l’homme d’un Pays. Tout à la fois ou tour à tour, laboureur, jardinier, éleveur, maçon, charpentier, charron, forgeron, potier, météorologue, conteur, musicien etc…

Ce qui supposait un savoir non exclusivement d’ordre intellectuel. A celui-ci, s’ajoutaient de multiples savoirs: ceux, profonds, du coeur (sensibilité aux messages de la nature, sens du beau, sens du temps, de la vie, de la mort, de la terre des ancêtres…), et enfin ceux liés à ce miraculeux outil qu’est la main humaine. Grâce à ce dernier, se sont développés les artisanats, les savoir-faire, les arts et traditions populaires.

La richesse de cette civilisation paysanne millénaire fut inouïe: Architecture harmonieuse des bâtis traditionnels, que ce soit de simples fermes, des villages, des villes, des châteaux, des cathédrales, etc… Equilibre remarquable des paysages entre nature sauvage et cultivée, utilisation intelligente des simples ressources locales, tout cela étant le fruit d’une organisation sociale complexe et organique (Lire le médiéviste Jacques Heers, par exemple).

 

Les sociétés dites modernes sont à présent hyper-intellectualisées et totalement estropiées des autres formes d’appréhension du monde sensible. Que voyons-nous fleurir en conséquence aujourd’hui si ce n’est indigence architecturale universelle de verre et de béton, inhumanité et insensibilité grandissante, violence et démesure psychopathe de la « dis-société », coupée de l’Histoire de ses terroirs vivants ?

 

Il m’apparaît de plus en plus évident, qu’ayant trahi cet accord immémorial, l’être humain est devenu un mutilé ou un estropié de la plus grande et belle partie de lui-même !

Ce monde de déséquilibres empilés et toujours croissants ne faisant que refléter ceux, intérieurs, de tout un chacun, additionnés à ceux de son voisin !

Il nous faut donc renouer le fil de cet équilibre et de cette unité intérieure… Ce qui ne veut pas dire retourner dans le passé, ahahaha ! Chose évidemment impossible.

Alors ? Quelles solutions pour sortir de cette impasse et retrouver une unité intérieure en même temps que sociale et même civilisationnelle ?

 

Une seule solution: La reconnexion !

 

Je pense personnellement qu’il nous faut collectivement retrouver « ce besoin irrépressible d’un accord, d’un alignement de la tête, du coeur et des mains », d’une reconnexion et d’une activation de l’énergie globale de l’Etre humain, bref, ce que j’évoquais plus haut et que j’avais alors ressenti sur un plan individuel.

Fort heureusement d’ailleurs, beaucoup aujourd’hui sont las du matérialisme aride proposé par la sphère des « marchands du temple » consuméristes et financiers, ces dangereux extrémistes devant être dorénavant perçus pour ce qu’ils sont en réalité: Des ennemis mortels des grands équilibres humains et sociaux !

L’idéal à mon sens serait de retrouver accès à la voie royale des vertus cardinales et théologales chrétiennes évoquées plus haut (la justice, la prudence, la force et la tempérance, ainsi que la foi, l’espérance et la charité)

Hélas cette terminologie est devenue incompréhensible à la grande majorité déchristianisée (pour l’instant ?) et nous devons donc sans doute trouver d’autres moyens de refaire cette unité, cette cohésion intérieure et extérieure, du moins d’en reprendre le chemin…

Je constate que des approches, dites « spirituelles », les plus diverses ont fleuri sur le déclin (provisoire ?) du christianisme. Toutes me paraissent partielles (voire pour une grande partie, farfelues et mercantiles). Elle n’englobent pour la plupart aucun paramètres d’appartenance culturelle et civilisationnelle, propre à notre terre d’Occident:

Ce sont souvent soit  des produits d’importation asiatiques, pour la plupart, soit des résurgences occidentales d’un néo-paganisme plus ou moins fantasmé.
Cependant, malgré cela, certaines de ces approches peuvent se révéler comme des aides précieuses pour un début de ré-appropriation de son existence et une possible reconnexion intérieure.

 

Reconnexion et activation de son énergie

 

Ainsi ai-je eu recours moi-même il y a longtemps au Hatha Yoga ainsi qu’à une forme puissante de méditation d’origine orientale. Ces deux pratiques de reconnexion intérieure, détours par l’Orient, m’ont néanmoins ouvert à une forte énergie de confiance qui me manquaient sans doute alors pour entreprendre quoi que ce soit…

Ce n’est que bien plus tard, dépouillé de cet Orientalisme comme d’une chrysalide temporaire, que j’ai retrouvé le sens, la cohérence et la beauté de notre propre civilisation chrétienne, greffée sur l’antique tronc celto-helléno-latin… mais ceci est une autre histoire.

Ainsi donc dans le cadre de ce blog,  j’aimerais proposer à votre réflexion un certain nombre de ces approches pratiques, sélectionnées pour leur pertinence et permettant de retrouver paix, confiance en soi et énergie vitale qui peuvent manquer pour sauter à l’étape de la réalisation concrète d’un retour à la terre.

Les articles relatifs à cette thématique seront regroupés dans une nouvelle Catégorie:

 » CONNEXION INTERIEURE « 

Je vous recommande donc de vous y référer régulièrement si vous manquez du petit « coup de pouce » pour vous mettre en orbite !

Je vous souhaite dans tous les cas un chemin plein de belles découvertes !

 

 

Pour un blog sans PUB je participe !

 

 

Inscrivez-vous à ma lettre d’infos en cliquant sur l’image et vous recevrez mon Ebook: « Branchez-vous sur l’énergie illimitée de la nature! »