Préambule

 

*

Adolescent, à l’heure où mes compagnons de lycée rêvaient de grosses voitures, de carrières prestigieuses et de vacances (à l’autre bout de la planète si possible!), je parcourais les publications de Maisons Paysannes de France et me passionnais pour la fabrication du pisé, du torchis, des toitures en tuiles romanes ou en chaume de seigle …

Mon rêve : Vivre à la campagne et restaurer une maison paysanne !

*

*

Mis à part cette inclination personnelle pour la vie rurale, je me suis toujours senti concerné par cette bête mais lancinante évidence:

Lors du dernier conflit mondial, les populations des villes ont dû leur survie au ravitaillement des campagnes dans la mesure où celles-ci étaient encore très peuplées et pouvaient fournir à profusion légumes, lait, oeufs, volailles, céréales, etc

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Que se passera-t-il lorsque la crise économique et la récession vont inévitablement s’amplifier ?

Les campagnes sont dramatiquement vides de Paysans ou presque… Grandiose résultat de 70 ans de “politique agricole”.

… La plupart des «exploitants» résiduels vont se ravitailler chez Aldi, Carrouf ou Leclerc, comme tout le monde !

Ils n’ont pour beaucoup, ni potager, ni poules, ni lapins, ni même une malheureuse chèvre !

Cette réalité est terrifiante et nos dirigeants font preuve d’une insondable désinvolture à cet égard, en plaçant une confiance aveugle dans la stabilité et la pérennité des circuits économiques actuels mis en place depuis 1945 et qu’un simple grain de sable peut pourtant mettre à mal.

” Gouverner, c’est prévoir “, disait-on jadis …

Ont-ils prévu quelque chose en cas de Crash du système (rupture d’approvisionnement, troubles civils, crise monétaire, énergétique, etc…) ?

 

*

La réponse est très claire : Non, car il est impossible qu’il y ait un Crash du système (Soyons sérieux !) Bravo à tous les crânes d’oeuf qui ont construit cet infernal et irréversible Titanic !

 

*

Je suis donc parvenu un jour à la conclusion personnelle, autant par goût que par nécessité, que j’allais quitter ce Stalag Orwellien et partir VIVRE A LA CAMPAGNE suivant mes propres critères.

C’est ce que j’ai fait.

J’ai donc acquis ma première petite grange en 1979 grâce à un prêt paternel : 30.000Frs (soit 5000€) dans le Sud de la France.

5 années de restauration par mes soins, puis je l’ai revendue en 1984 pour acheter ma vraie “petite maison dans la prairie” à quelques kilomètres de là.

Défrichage, création d’un potager, chèvres et poules, arbres fruitiers: Le bonheur !  J’étais enfin dans mon élément.

**

 

Ma petite maison dans la prairie revendue en 1984 (sniff !)

**

Ensuite j’ai acheté ailleurs, plus grand, et à deux reprises, donc pas de regrets, même si on reste toujours attaché à ses premières amours. Chemin faisant, j’ai acquis une certaine expérience dans les domaines liés à cette thématique (Restauration du bâti ancien, jardinage naturel, économie vivrière frugale et recyclage, utilisation des ressources locales gratuites ou très bon marché, etc…).

Je partage donc volontiers cela avec les spécimens dHumanoïdes, candidats à l’évasion heureuse du Moloch consumériste qui veulent “retourner à la terre qui ne ment pas”, comme le disait le Maréchal Pétain, ce vilain méchant 🙂

Ces candidats tendent d’ailleurs à se multiplier, même si cela reste encore  une pratique marginale ne faisant pas partie de filières officielles… Du moins pour l’instant.

Il va cependant devenir de plus en plus évident, sous la pression des évènements, que les premières vraies richesses seront l’autonomie alimentaire, l’espace vital, l’eau, le silence…

C’est ainsi que je me félicite aujourd’hui de vivre à la campagne et d’avoir bâti ce que j’appelle mon Plan B sur une base d’auto-suffisance rurale, la plus large possible.

Ce à quoi je vous invite ici dès à présent, car la recherche de solutions alternatives passe par cet important volet de l’autonomie et de la simplicité volontaire.

 

 

Pour un blog propre et sans PUB je participe !



4 commentaires sur “Préambule

  1. Bonjour Eric, j’aurais besoin de vos conseils et de votre ” aide ” pour trouver un terrain dans le Sud, dans un petit village très rural, à l’intérieur des terres.
    Cordialement,
    Catherine.

    1. Bonjour Catherine,
      Merci pour votre message. Je vous invite à m’écrire en privé par le formulaire de contact. A bientôt.

  2. Bonjour,
    Une idée de bonheur, la campagne, la restauration, le respect de la vie, et une certaine complicité via la charmante Jeanne . Ah la fibre des moulins, ça aussi c’est un bonheur pour moi, et j’espère pour notre jeunesse [Jeanne & Jean]
    Sympathiquement Édith

    1. Bonjour et merci Edith pour votre petite visite qui me fait très plaisir ! Jeannou a laissé fuir l’info à ce que je vois… Bienvenue donc et au plaisir d’une petite visite chez nos tourtereaux, ou bien vous ici au moulin 😉 Portez-vous bien. Je vous embrasse (garanti sans virus!) A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ton e-book gratuit en cadeau de bienvenue :

Inscris-toi à ma lettre d'infos pour obtenir mes clefs vers plus d'autonomie et d'abondance ! Ah oui ...Sais-tu qu'il arrive souvent de bonnes choses à ceux qui s'abonnent, ahahah ;)
S'inscrire
100% sécurisé, pas de spam
close-link