manger des plantes sauvages

Manger des plantes sauvages comestibles

 

 

Manger des plantes sauvages comestibles ??

Je suis de plus en plus gourmand de plantes sauvages ! Plus je découvre et plus je me régale… Leur saveur est souvent loin de tout ce que l’on connait habituellement et peut dérouter un peu au début…

Notre alimentation “moderne” est tellement éloignée de la nature et de sa simplicité que nous sommes complètement perdus devant des saveurs naturelles !

“Exhausteurs de goût, agents de sapidité”, etc… sucre omniprésent (même dans les charcuteries ! regardez la composition de votre saucisson par exemple: sucre !)… Que je sache, mes ancêtres Auvergnats ne rajoutaient pas de sucre dans leur saucisson ! S’ils revenaient, soit ils mourraient de rire, soit ils feraient une crise cardiaque !

Toute l’alimentation de supermarché a complètement modifié notre sens du goût (et je ne parle pas ici de la santé ! Les hôpitaux sont pleins !)…

Rudolph Steiner, père de l’agriculture bio-dynamique disait que des quatre goûts: Amer, acide, sucré, salé, l’amer était le grand absent… En effet nos contemporains rechignent à l’amertume… “Pouah, c’est amer!”

Et si les aliments où prédomine l’amer étaient indispensable à la santé ? On sait que l’amertume de l’artichaut ou des pissenlits ou encore des salades type chicorées, par exemple est une jouvence pour le foie et la sécrétion biliaire. Je vous renvoie à cet article très intéressant.

Vous y lirez pourquoi la saveur amère est indispensable à un équilibre alimentaire, donc physique, donc mental, donc spirituel… Mis à part leur rengaine sur “l’ayurveda” (Nous ne sommes pas des Hindous … mais “un peuple de race blanche, de culture gréco-romaine et de tradition chrétienne”: De Gaulle !) l’article montre l’intérêt de la saveur amère que nos ancêtres pratiquaient naturellement sans avoir nul besoin de “l’ayurveda” !

Cette digression sur la saveur amère pour dire que notre sens du goût est altéré. Notre instinct, pour beaucoup, a disparu complètement. D’où toutes les dérives de l’agro-business qui, en créant das saveurs artificiellement sucrées PARTOUT, nous éloigne insensiblement de cet instinct, garant de vitalité et de santé… Nous sommes ainsi devenus comme drogués au sucre et aux saveurs douces sans même nous en rendre compte !

Encore une fois c’est “le système” qui en profite….. Mais ne pas perdre de vue que NOUS sommes les complices consentants de ce système tant que nous ne modifions pas NOS habitudes individuellement ! Rien ne sert de barrer des rond-points, pour aller s’empiffrer chez Macdo avec un bon Coca ensuite !!

D’où l’intérêt à recourir aux saveurs réellement naturelles des végétaux sauvages (pas nécessairement amères d’ailleurs) pour recouvrer peu à peu cet instinct …

Manger des plantes sauvages comestibles (et donc savoir les reconnaître, attention il ne s’agit pas de manger n’importe quoi, certaines sont évidemment très toxiques !), est une des clefs de notre autonomie.

Un exemple: J’ai testé récemment deux plantes que je ne connaissais pas encore:

La Mauve

Manger des plantes sauvages comestibles

 

Le Chénopode blanc

Manger des plantes sauvages comestibles

 

Les deux sont un véritable délice ! Il suffit de les cuire lentement à l’étouffée, c’est à dire avec très peu d’eau et un couvercle sur la casserole. Ajouter éventuellement un filet d’huile d’olive et un petit oignon du jardin… C’est tout !

Pour les gros gourmands dans mon genre, rien ne vous empêche de servir accompagné de quelques croûtons (aillés ou non)… et pourquoi pas d’un petit oeuf mollet (de vos poules, bien sûr!)…

Sans blague essayez, et venez me dire ce que ça vous a inspiré !

Personnellement j’en suis dingue, ahahaha !

Pour finir: L’intérêt de ces deux plantes réside aussi dans le fait qu’on les trouve assez tard dans la mauvaise saison. S’il ne gèle pas trop fort les nuits, on peut trouver la mauve très facilement. Le chénopode lui, semble plus sensible aux gelées, mais on peut encore le trouver en Novembre (voire Décembre selon les températures).

Allez, bon appétit, je vais voir si je trouve un peu de colza sauvage pour midi 😉 … Je vous en reparlerai !

 

*

1 commentaire sur “Manger des plantes sauvages comestibles

  1. La nature nous donne tout pour pouvoir se nourrir mais il est vrai qu’il faut connaitre….un ” ancien” pour connaitre ce qui est bon et savoir le préparer !
    Prenons le pissenlit c’est excellent ! que ce soit en salade ou avé crouton aillé+lardon+oeuf poché … un régal ! j’ai des pissenlit chez moi, je les regardes, mais même pas en rêve je les mangerais, est c’est pas l’envie qui me manque !

    Une anecdote ici beaucoup de maison on des traces assez impressionnante sur leurs façade, comme si quelque chose de marron clair avait couler dessus, après avoir poser la question on ma dit : ce sont des champignons…est depuis quand la “marmotte” met le chocolat dans le papier alu ???
    c’est une réaction chimique entre les composant chimique des enduit Weber est les pesticides…

    ici dans pas mal de coin il y a marquer : vente de produits BIOOOOO !

    quoi que maintenant que le gouvernement a voter la loi comme quoi il est interdit de pulvériser les pesticides a moins de 20m des habitations on est tranquille ….sic !
    autre anecdote : mon amie achète du porc a un éleveur soit disant “naturel” …c’est cela bien sur ! même le chat n’en a pas voulu, et cuit en plus ! …..pauv bête vas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.