Comment se préparer à la fin du monde ?

“Comment se préparer à la fin du monde ?”

Ca y est, nous y sommes !  Nos citadins connectés commencent sérieusement à s’émouvoir devant les clignotants au rouge qui m’alertent depuis que j’ai fui la mégapole en 1984…

Eh bien tant mieux ! Ca prouve que les choses bougent enfin !

Voici ce que l’on pouvait lire en descriptif de l’émission “Complément d’enquête” d’Antenne 2:

“A cause du réchauffement planétaire et de l’épuisement des ressources énergétiques, des scientifiques sont convaincus que nos sociétés sont condamnées à disparaître. La “star” de ces “collapsologues” (du latin collapsus, effondrement), c’est Pablo Servigne, un ingénieur agronome français qui multiplie les conférences et les ouvrages. Dans son sillage, de plus en plus de citoyens se mobilisent et tentent d’imaginer d’autres modèles. Comment se préparer à la fin du monde ? Les autorités envisagent-elles ce scénario du pire ?

La fin du monde n’a jamais été aussi proche… Date annoncée de “l’apocalypse” : 2030. Et cette fois-ci, ce n’est pas une prophétie qui le dit, mais des scientifiques très sérieux. On les appelle les “collapsologues”.

Ils sont convaincus que nos sociétés sont condamnées à disparaître. Pablo Servigne, par exemple, un ingénieur agronome français multiplie les conférences. Dans ses livres vendus à plus de 100 000 exemplaires, il démontre “scientifiquement” qu’il est déjà trop tard pour lancer la transition écologique et qu’il faut réfléchir à l’”après”. Certains disciples y croient dur comme fer et sombrent dans de profondes angoisses existentielles…

 

 

Selon les collapsologues, les catastrophes naturelles vont se multiplier et les réfugiés climatiques déferler dans nos villes et campagnes. “Complément d’enquête” s’est plongé au cœur de ce mouvement catastrophiste qui mobilise de plus en plus de citoyens, de tous horizons. En France, le magazine a rencontré des cadres supérieurs ou des fonctionnaires qui migrent dans le Cantal. Ils s’initient très sérieusement à la permaculture pour assurer leur autonomie alimentaire.

Comment se préparer à la fin du monde ? Aux Etats-Unis, des activistes sont prêts à saboter des routes et des usines pour accélérer l’effondrement de la civilisation. Les autorités envisagent-elles ce scénario du pire ?

Le gouvernement a-t-il un plan de secours ?

Pour évaluer la crédibilité de cette menace, “Complément d’enquête” a interrogé des experts, des climatologues, des ingénieurs, des démographes, et même le Premier ministre.”

Un documentaire réalisé par Sylvain Pak.

 

 

…… Bon, après, je pense qu’il faut aussi faire la part des choses.

Nos media aiment faire mousser les thèmes qui sont porteurs d’angoisse, on l’avait remarqué. Tout ce qui est catastrophe, cataclysme, meurtres, attentats, etc…. est toujours très largement diffusé.

Ils en sont friands ! Cela est “vendeur” !

Par ailleurs nos zélites aiment avoir un troupeau apeuré à leurs pieds, c’est bien plus facile à diriger là où ils le souhaitent. Toujours beaucoup de raffut pour les choses les plus négatives:

En résumé:

Tremblez pauvres éco-citoyens sans cervelle, nous nous occupons du reste !

Par conséquent, je pense qu’il est souhaitable de raison garder mais de se préparer à des changements inévitables, certes, car on ne vit pas au dessus de ses moyens ad vitam aeternam, et l’on ne défie pas les lois de la Création et du Créateur en toute impunité !

De là à envisager forcément les scénarios les plus sombres, non !

En revanche il est effectivement indispensable qu’une sérieuse dose de simple bon sens devrait nous pousser en avant afin de nous remettre en adéquation avec les lois de la Vie, et sortir au plus tôt de cette matrice mortifère, cela, c’est certain !

Gardons la tête froide (mais les pieds au chaud !)  😉

A vos binettes, donc, d’autant plus qu’il est temps de préparer le prochain printemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.