“Qu’est-ce qu’on mange ? euh … Des chaussons au fromage sur un mesclun sauvage ! “

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce que je viens de trouver sur l’excellent blog : http://surviejoyeuse.fr/  (Publié le 29 avril 2013)

……

” Qu’est-ce qu’on mange ? “

  Qui ne s’est jamais posé cette question ? Ou mieux (ou pire au choix): ne se l’est pas entendu poser ?

Moi je ma la pose quotidiennement mais souvent j’arrive à y répondre assez rapidement. Mais hier, j’avoue un temps j’ai séché !

Depuis le matin je travaillais sur un gros boulot qui ne semblait pas vouloir avancer (pas drôle la vie de journaliste pigiste, j’vous assure !), pas débarbouillée, encore en pyjama… et d’un seul coup, d’un seul il était midi !

J’avais bien envie d’ignorer ce fait mais tous les ventres de la maison gargouillaient en coeur, le mien notamment, le chat miaulait désespérement (très emphatique notre Bidouille)… Et même pas le recours possible à un petit « coquillette-jambon » vite fait car, horreur, le frigo était quasi vide. Ben oui, pas eu le temps de faire les courses les jours d’avant !

Heureusement restaient des feuilles de brick, du fromage blanc et un reste de salade. Il n’y a encore aucun légume dans le potager mais le jardin et toute la nature alentours regorge de verdure. J’étais donc sauvée !

J’ai pioché plein de plantes diverses et variées : des brins de ciboulette sauvage, de l’alliaire (en fleurs), du cerfeuil et de la coriandre rescapés de l’hiver, de l’estragon et du fenouil nouvellement sortis de terre, des jeunes pousses d’oseille et d’épinard, les dernières feuilles de mâche, des rosettes de cardamine …

Alliaire en fleurs (partout : dans les massifs, en lisière de bois, dans le potager…)

Un passage sous l’eau et voilà un grand saladier de mesclun aux parfums très très mélangés : le soufre y côtoie l’anisé, l’acidulé, l’aillé… Avec tout un méli-mélo de texture. Le tout a été placé sur la table avec du vinaigre de cidre (tout doux) et de l’huile de sésame toasté.

Pourquoi cette dernière ? pour accompagner mes chaussons au fromage.

Rien de plus simple à faire que ces chaussons !

On mélange ensemble du fromage blanc, un oeuf, de l’ail (ou un oignon blanc) haché, de la menthe (qui enfin pointe le nez en ce moment), du sel et du poivre et on place cette farce au milieu d’une feuille de brick refermée en triangle. Et comme la sauce était un peu humide, j’ai placé chaque chausson dans une deuxième feuille de brick. Ensuite ? J’ai vaporisé de l’huile d’olive puis j’ai dispersé des graines de sésame grillées et youp, au four pendant 10 minutes !

Il n’y a plus alors plus qu’à disposer les chaussons croustillants (mais au coeur fondant) sur un lit de mesclun sauvage et voilà un repas !

Et un peu de répit jusqu’au prochain « Qu’est-ce qu’on mange » alors que les placards sont vides …”

……..

 Voilà cher lecteur, ce que j’appelle aussi la “survie joyeuse” et qui participe pleinement au Plan B que je vous suggère ici  !

Cela me fait penser au moment des premiers pissenlits tout tendres … Une généreuse salade agrémentée de noix et d’un ou deux petits oeufs mollets de nos chères et valeureuses petites poules, ce n’est pas mal non plus, croyez-moi !

Miam ! …Et vive la crise économique 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.