simplicité volontaire

Simplicité volontaire ? C’est quoi ?

Pour une simplicité volontaire…

En ces temps de de serrage de ceinture pour beaucoup d’entre nous, que peuvent bien vouloir dire ces termes de simplicité volontaire ? Ne serait-il pas temps en effet de redéfinir certaines choses ?

Nos amis les gilets jaunes demandent à juste titre une revalorisation des salaires, une baisse du coût de la vie, une réduction des inégalités, etc… Fort bien, ils ont raison car des pans  entiers de populations parmi nos compatriotes sont aujourd’hui réduits à une quasi misère. Cette misère est d’autant plus intolérable qu’elle voisine la plus nauséabonde opulence de nos grands timoniers de la “république”et de leurs petits camarades banquiers internationaux et capitaines d’industrie apatrides du CAC40…

Il faut bien évidemment sans tarder une remise à plat évidente de cette lamentable escroquerie “républicaine” qui profite au 1% de la population au détriment de tous les autres…

Cependant à côté de cela quelque chose me dit que nous devrions mener chacun d’entre nous une petite enquête personnelle:

Qu’est-ce vraiment que la richesse ?

Qu’est-ce qui fait que l’on se ressente riche ou pauvre ? Autrement dit l’argent est-il bien le critère dernier pour éprouver une certaine “richesse” ? Est-ce en ayant “toujours plus” (de tout un tas de possessions matérielles diverses) que nous vivrons une vie épanouie ? Autrement dit encore est-ce que ce modèle de société basé sur production/consommation est humainement satisfaisant et juste ?

Admettons que par un coup de baguette magique, nous ayons effectivement “plus” !

Plus de tout !!

Macron augmente le smig à 10.000€ par mois !

Plus pour acheter tous les ans une nouvelle bagnole, remplir de pleins caddys de supermarché, plus pour acheter une plus grande TV, un “home cinema”, des “Aïpads”, “Aïphones” à gogo, des voyages à Pétaouchnok toutes les semaines, des fringues de oufs, des godasses de ministre, etc, etc….. !

Alors donc ? Cette frénésie de désir de possession que ressentent certains de nos contemporains serait-elle assouvie par cette inondation exaspérée de biens matériels en tout genre …? On peut se poser la question.

Car c’est une question de taille!

Elle conditionne notre horizon, à la fois personnel, mais aussi collectif par les implications nombreuses qu’elle sous-tend sur le temps long…

Bon, je dois vous avouer que personnellement j’ai ma réponse! Et ma réponse est un NON catégorique à ce foutage de gueule inouï qui nous enchaîne à la matière.

Non, le sentiment de richesse n’est pas lié pour moi à l’accumulation de biens matériels, car j’ai fait un jour une découverte qui a changé ma vie:

J’ai découvert un beau matin, figurez-vous, que…

…L’on est riche… de ce dont l’on peut se passer !

Partant de là, j’ai fait un choix très clair: Celui de la simplicité volontaire.

Qu’est ce que j’entends par là ? C’est très simple !

Simplifiez-vous la vie  😉

Simplifiez-vous la vie dans tous les domaines ! Débarrassez-vous d’un tas de choses qui ne fait que vous apporter le soucis de les posséder. En fait ce sont les choses qui vous possèdent. Débarrassez ! Simplifiez ! Au début ça coince un peu parfois, mais plus vous avancez, plus vous vous apercevez que … vous respirez. Un peu comme le fumeur qui arrête de fumer et respire à plein poumons !  Je me souviendrai toujours du jour où j’ai fichu ma tv à la casse. Il y a trente ans.

Quel bonheur !

Ne plus subir l’intrusion (payante!) à domicile de tout un tas de crétins et de bavards professionnels sans aucun intérêt. Ouf, vraiment que du bonheur !

Essayez et vous vous prendrez au jeu !

Henry-David Thoreau avec son roman autobiographique “Walden ou la vie dans les bois” a été une lecture décisive pour moi… Je vous le conseille fortement !

 

Vous découvrez alors tout un tas de choses gratuites ou presque: La lecture, la recherche historique, le jardin, le travail manuel, la sieste, la marche et la randonnée, pour certains la musique, la peinture, l’artisanat, etc….

En définitive vous vous apercevez que plus vous “êtes”, et moins vous avez besoin “d’avoir” !

Je ne dis pas qu’il ne faut pas un minimum vital en terme de revenus, c’est le bon sens même. Cependant je pense que le plus important est la ré-évaluation complète du sens de sa propre vie, de comment en faire quelque chose de bien, de vrai et de beau, de simple, enfin!  Ceci est évidemment transposable sur le plan collectif et il est évident qu’une société pratiquant la simplicité volontaire ne connaîtra pas de “problèmes écologiques” ! C’est d’ailleurs ce qu’ont fait nos aïeux pendant des millénaires.

Vos commentaires seront les bienvenus.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.